bannière publicitaire haute Haut-Beaujolais banniere1
menu de navigation principal vertical du site Voyageur de Mémoire
menu navigation horizontal commune

une demeure féodale à Saint-Jacques-des-Arrêts
le mystère du blason de sa tour éclairci par Guillaume TRIBOULET
mais qu'est venu faire ce blason d'Auvergne en terre beaujolaise ?

Existe-t-il une seule commune, un seul village de France, aussi petit soit-il, qui ne puisse s'ennorgueillir de compter ou d'avoir compté sur son territoire une demeure seigneuriale, ferme fortifiée, petit voire grand château?

A Saint-Jacques-des-Arrêts, on ne déroge nullement à cette règle, même si l'on affirme que ce n'est plus qu'un vestige, la tour du hameau des Charmes, qui témoigne de la présence en ce lieu d'un bâtiment féodal qui aurait été érigé vers 1600.

C'est un fait qu'au premier regard que l'on pose sur ce hameau des Charmes depuis la route de Germolles au col de Boubon, on est frappé par la masse compacte que composent ses bâtiments de pierre, repliés sur eux-mêmes, comme par réflexe défensif ...

le hameau des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

A l'approche de ce qui n'est plus aujourd'hui qu'un ensemble de bâtiments de fermes, propriété de Madame la comtesse de THY de MILLY à Berzé-le-Chatel, c'est la tour ronde joliment coiffée qui retient toute l'attention.

la tour ronde du hameau des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

Dans sa muraille est venu s'encastrer un blason sculpté sur pierre en forme de clef de voûte, armoirie dont la commune de Saint-Jacques-des-Arrêts s'était emparée pour orner pendant longtemps son site internet ...

le blason sculpté des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

Une tour de défense signée d'un blason, manifestemment déplacé à l'endroit où on l'a encastré, tels sont les vestiges les plus apparents de ce qui dût être il y a fort longtemps, la résidence forte d'un chevalier au sujet duquel tout reste à découvrir ...

Jusqu'au début du mois d'août 2017 où Guillaume TRIBOULET, d'Ouroux, révèle la paternité de ce blason qui porte les armes des Aragonès, seigneurs d'Orcet, de Durtol, de Laval et de Vernines, tous fiefs du pays d'Auvergne !!

"de sable à une fasce d'or, accompagnée en chef de deux étoiles du même et en pointe d'un croissant d'argent"

La famille Aragonès, originaire d'Espagne d'après une tradition, se serait fixée dans la seigneurie d'Orcet en Bourbonnais à la fin du XVIème siècle; des lettres confirmatives de noblesse ont été accordées en février 1647 par Louis XIV à Gilbert Aragonès, maréchal de bataille, dont la descendance a donné de nombreux officiers, un évêque de Langres en 1832, et s'est divisée en plusieurs branches: celle de Vernines, éteinte vers 1750, celle de Laval, éteinte en 1832 et celle d'Orcet, seule existante.
Le personnage le plus illustre de cette famille devenue auvergnate fut Antoine Aragonès, seigneur de Vernines, receveur général en la Généralité de Riom.
En 1822, quatre Aragonès figuraient parmi les Chevaliers de Saint-Louis ..

Avec le mystère de ce blason auvergnat qui se lève, s'épaissit le mystère de sa présence en territoire beaujolais: comment, pourquoi, par qui ?
Toutes les hypothèses restent ouvertes, depuis la présence inexpliquée d'un membre de cette famille en ce lieu, et encore faudrait-il qu'il soit attributaire en titre de ces armoiries, jusqu'au transport de ce blason jugé "décoratif" par un maçon venu d'Auvergne pour s'établir en Beaujolais.

Piqués par la curiosité, nous fixons notre attention sur le premier bâtiment de ferme et sa cour intérieure envahie d'herbes folles.

Après une succession de pièces d'usage agricole à présent inutilisées, l'ancienne porcherie dont le sol est dallé de grandes pierres lisses de couleur bleue, calcaire sédimentaire de la région, une petite étable-chèvrerie, le logis des derniers occupants fermiers, la famille TRIBOULET-PASSOT-DENOJEAN, avec son crépi de façade ocre, nous observons en bout l'avancée du bâti et son arrondi en forme de tour, percée d'une ouverture en beaux moellons de pierre taillées surmontée d'un arc plein cintre avec clef de voûte ...

cour intérieure de la ferme des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

La porte s'ouvre sur le départ d'un bel escalier de pierre à vis et noyau central.

porte plein cintre de la ferme des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

Une telle clef de voûte et un tel l'escalier constituent autant d'appareils qui attestent de l'aisance et de la puissance des anciens occupants des lieux.

cour de la ferme des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

l'escalier de pierre à noyau central de la ferme des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

détail du noyau central de l'escalier de pierre de la ferme des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

Comment en savoir plus? Et qui pourra retrouver une trace de ces chevaliers qui construisirent et occupèrent ces lieux ?
Des ancêtres de Charrier, seigneur de la Roche, qui, en qualité de seigneur de Charmes, avait droit de justice sur ses fonds ?

En 1825, le géomètre du plan cadastral a fait apparaître il y a deux cents ans trois tours d'angle qui subsistaient alors à la 'Grange des Charmes', lesdites tours esquissant le quadrilatère probable du château initial.

plan cadastral 1825 des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

Fort de cette indication, le regard s'affûte et découvre qu'il y a mieux encore: la base d'une quatrième tour d'angle, ne figurant pas au plan cadastral précité, abritée sous un pan de toit, à l'instar de la tour que nous avons baptisée 'tour de l'escalier à vis'.

les tours de la ferme des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts

Robert SANGOUARD, 19 juin 2012