bannire publicitaire haute Haut-Beaujolais banniere1
menu de navigation principal vertical du site Voyageur de Mémoire
menu navigation horizontal commune

chronique
du
château Montel

inspirée par Marie Claude et Gérard BAUER


DES MONTEL, FERMIERS DE DIMES, AUX PETIT, JUSTES PARMI LES NATIONS

le chateau Montel à Saint-Mamert
en haut à droite le hameau en Bertu, alias château Montel vers 1900

le chateau Montel à Saint-Mamert
le hameau en Bertu, alias château Montel en 2013

le chateau Montel à Saint-Mamert
le château Montel dessiné par Olivier Lambrey de Souza en 1943

la porte du château Montel le chateau Montel à Saint-Mamert
le château Montel ravalé en 1993, lors de l'acquisition par la famille BAUER

la porte du château Montel le chateau Montel à Saint-Mamert
le château Montel restauré aujourd'hui par Mr & Mme BAUER

Le hameau dénommé "en Bertu", rassemble aujourd'hui quatre foyers, mais on suppose que dans les temps anciens, le château MONTEL, qui en constituait la pièce maîtresse, couvrait l'ensemble du hameau, accompagné de bâtiments agricoles qui lui étaient rattachés ...

D'après Jean CHUZEVILLE: "C'est la tradition qui nous fait connaître l'appellation château MONTEL. Le rôle des tailles de 1736 ne nous précise pas que Guillaume MONTEL demeure au domaine Berthoud. Il en est propriétaire et son grangier est Jean PASSOT.
Le berthoud est un habitat ancien... et vient de burgdorf, lieu habité organisé pour se défendre.

Le site et l'organisation pouvaient attirer un noble ou un bourgeois.

Noble Pierre de GROSBOIS en 1580, et Benoit de GROSBOIS en 1639 habitaient à Saint-Mamert. Peut-être déjà en ce lieu que l'on prit coûtume d'appeler château MONTEL."


les MONTEL, paysans aisés, et leurs lignées de notables ou nobles par alliances

Le nom de MONTEL paraît, pour la première fois, au milieu du XVIIème siècle. Ils sont fréquemment cités comme leveurs de taille, fermiers des dîmes, et toujours nous les trouvons avec les membres de la famille MORIN, d'Ouroux, marchands comme eux, en antagonisme avec les familles bourgeoises de la paroisse, et spécialement avec les DULIGIER TESTENOIRE.

La dîme correspondait à une certaine part de la récolte, la part variant d'un évêché à l'autre et même d'une paroisse à l'autre, voire parfois à l'intérieur d'une même paroisse.

Afin de procéder à la collecte de cet impôt, le curé primitif passait par un fermier, soit pour la totalité de la dîme, soit pour une partie (moitié, tiers, quart, sixième, etc.) et en général pour une durée de six ou sept ans selon les régions.
La dîme était l'impôt perçu avant tous les autres. Le fermier collecteur la conservait moyennant une redevance annuelle versée soit en nature, soit en monnaie, au décimateur, c'est-à-dire le curé primitif. Le curé desservant recevait alors du "curé primitif" la portion congrue.

La dîme sur les céréales mécontentait les paysans privés de la paille nécessaire à la litière et à la fumure. L'accaparement de la dîme par les gros décimateurs qui en détournaient l'utilisation originelle (entretien des églises, du clergé desservant, assistance aux pauvres, création des écoles...) créait aussi un malaise. Loin d'en demander la disparition, les fidèles réclamaient une meilleure utilisation. La dîme fut supprimée avec les privilèges le 4 août 1789. La Constitution civile du clergé de 1790 créa un clergé salarié par l'État.

=> Jean MONTEL, marié à Antoinette RICHARD

. Thimothée MONTEL, son fils, né vers 1630, décédé en 1694, époux de Louise LARGE
. Durand MONTEL, son fils, époux de Claudine DUBRIET, de Claudine BONNEVAY, de Guillemette LARGE
. Jean MONTEL, son fils, époux Emilande RUET
. Jean Baptiste MONTEL, son fils, né vers 1645, décédé le 29 octobre 1688 à Saint-Mamert, marié en 1674 à Marie Anne AUMONIER de CHALANFORGE, et le 4 juin 1686 avec Catherine DUCLESSY
. Benoite MONTEL
. Claudine MONTEL, sa fille, épouse Benoit JAMBON

=> ledit Jean Baptiste MONTEL, marié à Marie Anne AUMONIER de CHALANFORGE et à Catherine DUCLESSY

. Huguette MONTEL, sa fille, née en 1675
. Philibert MONTEL, son fils, né en 1676
. Jeanne Françoise MONTEL, sa fille, née en 1678
. Guillaume MONTEL, né le 20 mars 1679 à Ouroux, décédé le 26 mai 1757 à Saint-Mamert, marié en 1698 avec Jeanne de LAIGNEAU pendant 52 ans, eut 12 enfants à Saint-Mamert de 1699 à 1714.
. Elzeard MONTEL, né en 1684
. Antoine MONTEL, né en 1689 à Ouroux, époux de Reine ROUHER

=> ledit Guillaume MONTEL, marié vers 1698 à Jeanne de LAIGNEAU

. Louis Elisabeth MONTEL né en 1699
. Claudine Jeanne MONTEL née en 1701
. Nicolas Hugues MONTEL né en 1702
. Claude MONTEL né en 1704
. Jean François MONTEL, né en 1705,écuyer seigneur de Marchizeuil, marié à Marie GACON
. Jean Christophe MONTEL, né en 1706
. Françoise MONTEL, née en 1708, mariée le 12 septembre 1729 à Saint-Mamert avec Guichard AUGROS
. Isabeau MONTEL, né en 1709
. Charles Antoine MONTEL, né le 3 décembre 1710 à Saint-Mamert, décédé le 29 mars 1760 à Salornay sur Guye, marié le 6 novembre 1738 avec Espérance Georgette de CHARDONNAY
. Noël Marie MONTEL, né en 1712
. Gabriel MONTEL, né en 1713

=> ledit Charles Antoine MONTEL, marié à Espérance Georgette de CHARDONNAY

. Jean Nicolas MONTEL né le 26 août 1739 à Salornay sur Guye
. Huguette Marie MONTEL né en 1741
. Claude Jean Marie MONTEL né en 1742, écuyer
. Claude Marie MONTEL, son fils, né le 12 mai 1744 à Salornay sur Guye, décédé le 17 février 1800 à Saint-Mamert, marié le 24 septembre 1763 avec Marguerite Catherine de CHARDONNAY de LAYE, dont il est divorcé contre sa volonté le 30 juillet 1792
. Jeanne Marie MONTEL née en 1745

=> ledit Claude Marie MONTEL, marié à Marguerite Catherine de CHARDONNAY de LAYE

. Marie Claudine Philiberte MONTEL, née le 10 novembre 1763 à Saint-Mamert
. François Georges MONTEL, né le 8 octobre 1764 à Saint-Mamert
. Jeanne Marie MONTEL, née le 15 janvier 1766 à Saint-Mamert, décédée le 25 août 1803 à Saint-Mamert, mariée le 5 mars 1794 avec Antoine CHATELET .... dernière MONTEL à habiter au château MONTEL
. Nicolas Marie MONTEL né le 8 décembre 1769 à Salornay sur Guye
. Philippe François MONTEL, né le 5 avril 1772 à Salornay sur Guye

Claude Marie MONTEL, dernier cité, semble s'être mal adapté à la disparition des privilèges de l'Ancien Régime. Certes, il se porte candidat aux élections, et sa notoriété locale lui permet d'être élu au Conseil Général de la commune.

Mais il ne change pas un comportement violent, sans doute hérité d'un caractère difficile et de ses fonctions antérieures... et les incidents qu'il provoque vis-à-vis de son fermier Benoit LARGE, et du curé de la commune, Louis PICART, à qui il reproche d'être l'instigateur de la demande en divorce de son épouse, conduisent le Conseil Général à le destituer le 11 août 1793.

A cette occasion, une perquisition dans son logis met au jour un arsenal d'armes, fusils, pistolets, épées et couteaux qu'un simple fermier n'a pas coûtume de posséder....


Louis et Léa PETIT, des Justes parmi les Nations

Après Jeanne Marie MONTEL, dernière à occuper le château MONTEL avec son époux Antoine CHATELET, des fermiers venus des communes voisines occupent successivement les lieux, et exploitent les terres qui leur sont rattachées.

Par exemple, la famille LASNE, originaire de Bourgvilain, exploite la ferme de 1906 à 1936, pour le compte de Gustave Camille Charles BROSSETTE, jusqu'à l'acquisition de la propriété par Jean Louis PETIT.

Jean Louis PETIT, 36 ans, natif de Chénelette, a été auparavant exploitant agricole à Saint-Christophe, lieu-dit 'les Agrêles'; son épouse Léa SANVERT, 31 ans, est native de Saint-Pierre-le Vieux où ils se sont mariés le 27 novembre 1924. Ils ont un fils Roger, 12 ans, né à Saint-Christophe, et une fille Irène, qui naît à Saint-Christophe en 1937, l'année même de leur acquisition du château Montel et de leur installation à Saint-Mamert.

la famille de Louis PETIT
de haut en bas :Louis, Léa, Roger et Irène PETIT vers 1943

Après avoir accueilli une petite fille réfugiée de 3 ans, Elise, ils récidivent en 1942 avec toute une famille de réfugiés, la famille LEVY de SOUZA.

L'implantation de cette famille en France remonte à plusieurs siècles, mais ayant dû quitter l'Alsace après son annexion par l'Allemagne en 1871, un aïeul s'expatrie au Brésil, où il devient une personnalité, et où il est autorisé à porter le patronyme de DE SOUZA en complément de celui de LEVY.
Revenu en France, il conserva l'intégralité de ce nom.
En 1939, Albert et Simone LEVY DE SOUZA habitent à Paris, avec leurs deux enfants, Bertrand et Olivier, respectivement âgés de 11 et 7 ans, et Albert dirige l'entreprise familiale dans le Sentier à Paris, rue d'Aboukir.

A la déclaration de guerre, la famille fuit la capitale, et après un certains nombre de déplacements, elle s'installe dans sa maison de campagne dans le Loiret, près de Montargis, à la Chapelle-sur-Aveuron. L'entreprise familiale est mise sous la coupe d'un administrateur judiciaire désigné par le régime de Vichy.
Mais début 1942, la situation se dégrade, et la chasse aux juifs commence en zone occupée. Prévenue d'une menace d'arrestation imminente par le secrétaire de la mairie, Monsieur GUYARD, la famille DE SOUZA gagne la zone libre cachée dans un camion de marchandises.
Ils louent une maison à Oullins, dans la banlieue lyonnaise. Ils nouent de très bonnes relations avec leurs propriétaires bailleurs, Mr & Mme COLET. Lorsque les menaces contre les juifs s'aggravent encore, les COLET adressent Albert DE SOUZA et sa famille à Louis et Léa PETIT, à Saint-Mamert.

Les PETIT sont parfaitement conscients qu'en hébergeant une famille juive, ils risquent d'être dénoncés aux autorités.... cependant ils mettent à disposition des DE SOUZA une grande pièce dans l'enceinte de la ferme, et leurs fournissent tout le matériel de la vie courante.
La vie s'organise dans la plus grande discrétion, les DE SOUZA aident aux travaux des champs, et souvent le soir les deux familles se retrouvent.

Cette 'vie paisible', comme la qualifie Olivier DE SOUZA, durera jusqu'en septembre 1944.

le journal
l'article du Progrès de Lyon

les foins
la famille DE SOUZA participe aux travaux de la ferme: ici, les foins

Louis PETIT et ses deux protégés
Louis PETIT et ses deux protégés Bertrand et Olivier DE SOUZA

la famille DE SOUZA
la famille PETIT

le diplôme de Juste
le diplôme de Juste

1993
Marie Claude et Gérard BAUER
le château Montel endormi ... se réveille!

le château Montel
le château Montel en 1993

le château Montel
le château Montel en 1993

le château Montel
le château Montel en 1993

le château Montel
le château Montel en 1993


le château Montel
le château Montel rénové

le château Montel
le château Montel rénové

le château Montel
le château Montel rénové

le château Montel
le château Montel rénové

le château Montel
le château Montel

le château Montel
le château Montel rénové

le château Montel
le château Montel rénové

le château Montel
le château Montel rénové